21 Mai 2020

Porte-parole du MAE russe Maria Zakharova (le 21 mai 2020): sur les nouvelles violations des droits linguistiques et éducatifs par la Lettonie



Compte tenu du passage des établissements scolaires lettons à l'enseignement à distance depuis le 23 mars 2020 se pose une nouvelle fois la question de l'organisation du processus éducatif dans l'intérêt des élèves russophones.


Contrairement à ses engagements internationaux et en dépit des requêtes des représentants de la société civile, le gouvernement letton n'a pris aucune mesure pour assurer l'enseignement à domicile en russe. Ainsi, la chaîne Ta classe qui permet de dispenser les cours à distance prévoit une diffusion d'émissions uniquement en letton.


Rappelons que dans ses recommandations du 17 avril dans le contexte de la pandémie, le Haut-Commissaire de l'OSCE pour les minorités nationales Lamberto Zannier a appelé les États membres à "continuer d'égaliser les possibilités pour l'enseignement dans la langue nationale et d'étudier la langue nationale et officielle avec des possibilités adéquates pour les élèves de recevoir un enseignement de la langue de leur minorité ou de recevoir des cours dans cette langue", ainsi que "d'adapter l'enseignement à domicile aux besoins des différentes communautés".


La politique menée par les autorités lettones à l'égard du russe a également affecté les établissements préscolaires. Ce 14 mai, le Parlement letton a adopté en dernière lecture les amendements à la loi sur l'éducation obligeant toutes les écoles maternelles russophones à ouvrir sus ordre des groupes d'enseignement en letton. L'application de ces initiatives, malheureusement, accélérera l'évincement du russe du système éducatif préscolaire et affectera négativement le processus éducatif, ce qui entraînera une inégalité sur le marché du travail et une réduction du niveau de vie des minorités nationales.



Nous continuons de suivre attentivement cette situation révoltante en étroite coopération avec le Bureau du Haut-Commissaire de l'OSCE pour les minorités nationales et le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme (BIDDH) appelés à surveiller le domaine des droits de l'homme et contribuer au respect des normes démocratiques en Lettonie.


Nous appelons Riga à respecter rigoureusement ses engagements internationaux en matière de protection des minorités nationales et à garantir dans les plus brefs délais un environnement favorable pour le processus éducatif des élèves russophones.