9 Juillet 2020

Maria Zakharova, porte-parole du Ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie: sur la conclusion de la Commission de Venise concernant l'éducation en Lettonie


Nous avons attentivement pris connaissance de la conclusion formulée par la Commission européenne pour la démocratie par le droit (Commission de Venise du Conseil de l'Europe) le 18 juin au sujet des amendements à la législation lettonne concernant l'éducation dans les langues des minorités nationales.


Malheureusement, les experts de la Commission de Venise, dont la plupart sont des représentants des pays membres de l'UE, ont montré leur position engagée et de facto ont soutenu la politique de la Lettonie visant la dérussification forcée du pays et enfreignant les droits linguistiques et éducatifs de la communauté russophone locale.


Nous sommes particulièrement confus par la tentative des membres de la Commission de Venise de justifier la discrimination du russe en Lettonie par rapport aux langues d'autres minorités parlant les langues des pays de l'UE. Nous sommes certains que la présence de tel ou tel pays au sein de l'UE ne justifie pas la création d'un "club élitiste" où sont garantis les droits d'un certain groupe au détriment des autres.


Nous appelons instamment Riga à se tenir aux normes universelles et régionales et aux mécanismes dans le domaine de la protection des droits des minorités adoptés dans le cadre de l'Onu, du Conseil de l'Europe et de l'OSCE. On voudrait également rappeler aux partenaires de l'UE que la Charte de l'Onu sur les droits fondamentaux interdit toute discrimination, notamment en fonction de l'appartenance aux minorités nationales.