11 Février 2021

Maria Zakharova, porte-parole du MAE de la Russie: sur les déclarations de représentants des États-Unis et d'organisations des droits de l'homme sur les violations des droits de l'homme et de réunion en Fédération de Russie


L'espace médiatique international a été submergé de déclarations inadmissibles, tant par leur ton que leur contenu, de représentants des États-Unis et d'autres pays occidentaux, ainsi que de certains représentants d'organisations internationales revendiquant le statut de défenseur des droits de l'homme, concernant les prétendues infractions au respect de la liberté de réunion et de manifestation pacifique des citoyens qui auraient été constatées en Fédération de Russie.


Je viens de citer les règles, les normes et les lois permanentes et temporaires qui sont appliquées par notre pays en ce moment au sujet de l'organisation des activités de masse.


Voyons comment cela a été présenté par le mainstream occidental. Comme vous l'avez deviné, il est question des rassemblements non autorisés et de leurs organisateurs, que l'on cherche à faire passer en Occident pour les leaders d'une opposition russe "non systémique". En réalité, aussi bien nous que nos partenaires occidentaux connaissons parfaitement le qualificatif qui s'applique à de tels représentants. Ce sont des agents d'influence. Beaucoup ont pris leur défense. Notamment le Secrétaire d’État américain Antony Blinken, le porte-parole du Département d’État américain Ned Price, le responsable de Human Rights Watch Hugh Williamson, ainsi que des dizaines d'autres ONG et médias de l'Occident collectif dont certains sont souvent financés par le Département d’État américain ou indirectement via d'autres structures affiliées.


Il s'agit manifestement d'une vaste provocation antirusse avec l'objectif illusoire de déstabiliser la situation politique intérieure dans notre pays. Ces tentatives sont vouées à l'échec. Je pense que les partenaires occidentaux le savent, c'est pourquoi ils s'insurgent davantage.


Il est étonnant et révoltant que les initiateurs et les exécutants de cette campagne médiatique dirigée contre notre pays recourent de plus en plus souvent à des méthodes illégales. Non seulement des méthodes "limites", qui peuvent être qualifiées de différentes manières, mais également des méthodes illégales. J'ai déjà évoqué certaines d'entre elles en parlant du thème précédent. Il y a également d'autres aspects. Ils tentent d'impliquer dans leurs jeux des mineurs en les utilisant comme "bouclier humain" ou comme public cible pour leurs attaques médiatiques lors des manifestations illégales dans les villes russes. C'est inadmissible. Nous ferons entrave à une telle ingérence dans nos affaires intérieures.